Punk's not dead / Les lecteurs en parlent...

...Les critiques parues au sujet de Punk's not dead

...Dans la presse

Critique parue dans le Magazine Obsküre, numéro 18, Novembre / décembre 2013 (extrait)

 

...Inutile de passer en revue l'intégralité de ce bijou : voilà une acquisition indispensable, impossible à lâcher une fois entamée...

Grosso modo, on vous déconseille vraiment de passer à côté de Punk's not dead.

Vïncent Tassy, OBSKÜRE MAGAZINE

JDR MAG n°24 / L'avis d'Elise Jourdan / "une véritable claque"

 

« Des bidules qui suintent marronnasses. Terrifiants ! Des trucs qui pourrissent de partout. Pétrifiants ! » a écrit Stupeflip dans une chanson intitulée Les monstres. Ou comment résumer en une citation ce nouveau cercueil de nouvelles, dénuées ni d'humour ni de cynisme. Punk's not dead /2 est une véritable claque, et tant pis si ça fait rougir des paires de joues. À consommer sans modération !

Pour lire la chronique dans son intégralité, procurez-vous sans attendre JDR Magazine !

Site de JDR Magazine

Page Facebook de JDR Magazine

07/12/2013 L'avis de Frédéric Livyns / Phenix Mag / "LE recueil à acheter cette année !"

Pour conclure, je dirai que ce « Punk’s not dead » est LE recueil à acheter cette année ! Magnifique visuellement, captivant dans tous les sens du terme, diversifié, intelligent, poussant à la réflexion, c’est une véritable pépite qui ne pourra que vous enthousiasmer et vous transporter dans l’univers extraordinaire d’Anthelme Hauchecorne ! Au vu de son génie littéraire, de la foison délirante de ses univers, de sa facilité déconcertante à manier les genres avec le même bonheur, je n’hésite pas à dire que la littérature francophone tient son nouveau Serge Brussolo !

Pour lire la chronique dans son intégralité 

Punk's not dead, critique sur Phenix Mag

...Sur la toile

27/12/2013 L'avis de Kob / Harcelemot / "coup de coeur !"

Les univers abordés dans les différentes nouvelles sont très variés et toujours parfaitement maitrisés, on sent qu'il y a un vrai travail de recherche en amont qui apporte une sorte de stabilité, de réalité à l'ensemble. Que ce soit l'après vie d'un punk mort vivant, la dernière aventure sous-marine d'un dragon, la révolution du peuple d'en dessous à laquelle assistent impuissants deux adolescents, l'infernale déchéance d'un groupe d'anges utopistes ou toutes les autres histoires un brin dérangée sorties d'un cerveau plus fertile que la moyenne, toutes ces nouvelles, bien que parfois très sombres sont toujours teintées d'un peu d'humour, bien que souvent noir, distillé à juste dose et qui empêche les récits de tomber dans le mélo et le désespoir.

Donc pour moi c'est officiel, toute bibliothèque devrait, pour pouvoir être considérée comme telle, contenir au moins un livre de cet auteur plus que prometteur.

Pour lire la chronique dans son intégralité 

Punk's not dead, critique sur Harcelemot

05/12/2013 L'avis de Melisende / Le Bazar de la littérature / "lecture du mois !"

Je remercie Anthelme Hauchecorne pour son nouveau recueil de nouvelles qui est ma plus belle lecture du mois ! Comme son prédécesseur Ames de verre (lu en mars ou avril dernier), Punk’s not dead est un coup de coeur !

Pour lire la chronique dans son intégralité 

Punk's not dead, critique sur Le Bazar de la littérature

02/12/2013 L'avis de Sweetie / Unwalkers / "à savourer"

Un recueil à savourer en ces soirées d’hiver peuplées d’ombres rampantes et de bruits inconnus, à contre-pied de l’ambiance festive qui s’installe, et pour rappeler à notre bon souvenir ce que nous avons pu croiser de plus noir et de plus angoissant.

Pour lire la chronique dans son intégralité 

Punk's not dead, critique sur Unwalkers

02/12/2013 L'avis de Karline / "beaucoup de finesse"

L'auteur parvient avec beaucoup de finesse à contenter son lecteur avec des intrigues riches et pleines d'humour, avec des personnages parfois touchants parfois effrayants ou grotesques.

Un recueil de nouvelles toutes différentes les unes des autres avec toujours cette même plume tellement fine et riche.

Pour lire la chronique dans son intégralité 

Punk's not dead, critique sur Un brin de lecture

30/11/2013 L'avis d'Estée / déjoueur de sort / "une pépite !"

Je jubile quand une plume me « parle », résonne et raisonne en moi. Et c’est exactement ce qui s’est passé à la lecture de ce recueil, acheté lors d’une séance de dédicaces de l’auteur dans une grande librairie. J’y ai rencontré un écrivain sympathique et accessible avec qui il a été très intéressant de discuter, puis je suis entrée dans son monde, au fil de ses mots.

J’ai été totalement conquise par ma lecture. Chacune de ses 13 graines de citrouilles a su me conquérir !

Les textes sont soignés, le vocabulaire recherché et souvent subtile. Le style fluide mais pas simpliste, bien au contraire. J’y ai trouvé de la musicalité et même une certaine poésie qui font si souvent défaut dans les livres et qui pourtant donnent à un texte toute sa substance, toute sa dimension littéraire. Bref, c’est une pépite !

Pour lire la chronique dans son intégralité 

Punk's not dead, critique sur Déjoueur de sort

21/11/2013 L'avis de Madoka / "note maximale !"

Note maximale pour un nouvel opus qui décoiffe et qui vous entraîne sans pitié dans les profondeurs ténébreuses de l’âme humaine…

En me plongeant dans ce nouveau recueil je savourais déjà à l’avance le plaisir de la lecture mais là où l’auteur me surprendra encore, c’est qu’il arrive toujours à se dépasser pour créer de nouvelles histoires incroyables et surtout ici basées sur d’anciennes légendes ou simplement extraites de son imagination fertile…

En tout donc treize nouvelles bluffantes, fantastiques et particulièrement effrayantes pour certaines ! ...

Bref, il n’y a pas de mot pour décrire le style d’Anthelme Hauchecorne ! Il faut avoir le courage d’ouvrir son livre et plonger franchement dans ce monde bizarre mais oh combien captivant !

L’inconvénient c’est d’en devenir dépendant et d’attendre les suites avec toujours plus d’impatience…

Merci Anthelme d’écrire avec autant d’originalité et de talent !

Pour lire la chronique dans son intégralité 

Punk's not dead, critique de Madoka

24/11/2013 L'avis de La Plume ou la vie / "coup de coeur"

Ce recueil est pour moi un coup de cœur ! No Future est sûrement ma nouvelle préférée de toutes celles qui composent ce recueil ! Un punk qui devient zombi et qui nous raconte sa toute nouvelle existence. Tout n'est pas rose pour lui, mais son humour souvent piquant l'a accompagné dans son changement vers la décrépitude pour le plus grand bonheur des lecteurs. Enfin un reportage de l'intérieur sur la condition zombie, presque de quoi nous les faire aimer ! Oui, c'est vraiment un très bon texte, surtout mon favori.

Pour lire la chronique dans son intégralité 

Punk's not dead, critique de La Plume ou la vie

09/12/2013 L'avis de Lorhkan / "un réel talent"

Et enfin, la perle du recueil, la plus longue également, “Le roi d’automne”, se situe dans l’univers que l’auteur a commencé à développer avec son premier roman “Âmes de verre”. Ce récit témoigne d’une belle imagination et d’un réel talent pour mélanger fantasy urbaine, légendes celtiques et créatures merveilleuses (je n’ai eu de cesse en découvrant l’En-Deçà de penser au marché troll du film Hellboy 2…) dans un récit rondement mené qui donne vraiment envie de se plonger dans le roman auquel il se rattache.

Pour lire la chronique dans son intégralité 

Punk's not dead, critique surLorhkan.com

26/11/2013 L'avis de Parfums de plume / "un livre qui m'aura profondément marquée"

Que dire de plus ? Il m'est difficile d'affirmer précisément quelle nouvelle j'ai préférée par rapport aux autres. Punk's Not Dead est un livre qui m'aura profondément marquée que ce soit au niveau de ses thèmes ou de leur approche. On sent un réel travail derrière ces textes, ce que confirme les backstages que j'ai évoqué.

L'auteur parvient à nous emporter dans son univers avec une facilité déconcertante, et sa plume rend son œuvre délectable malgré les aspects sombres. Certes, ces nouvelles peuvent respirer la noirceur et la tristesse, mais le cynisme, l'humour, les idées qui se dégagent n'incitent pas aux lamentations mais à la réflexion. Un sentiment que j'aime ressentir après une lecture.

Punk's Not Dead n'est pas un livre duquel on ressort déprimé, en revanche, on en ressort ravi et désireux d'y replonger !

Pour lire la chronique dans son intégralité 

Punk's not dead, critique de Parfums de plume

25/11/2013 L'avis de Demoiselle Coquelicote / Sans grand intérêt / "coup de foudre !"

 

Décembre aux cendres : Gé-nial ! Premier texte, coup de foudre ! Je veux la suite, c’est obligé qu’il y en ait une un jour. Le personnage principal, Éva, a tout d’une héroïne, elle mérite un livre à elle toute seule. On assiste ici aux ravages de la technologie entremêlés à la magie dans une nouvelle Budapest, avec un dosage idéal, un univers qui m’a fait frissonner, une intrigue qui m’a captivée…

Pour lire la chronique dans son intégralité 

Punk's not dead, critique de Sans grand intérêt

23/11/2013 L'avis de Laea / L'Univers de Laea / "un délice"

 

Anthelme Hauchecorne a encore mûri dans son écriture. Chaque personnage est bien défini et vivant. Les émotions qu'il évoque sont pures pour mieux vous toucher. Cet ouvrage est un délice illustré avec brio par Loïc Canavaggia qui met en images les mots d'Anthelme Hauchecorne.

Pour lire la chronique dans son intégralité 

Punk's not dead, critique de L'Univers de Laea

15/11/2013 L'avis de MarieJuliet / Books and me / "une alchimie étonnante"

 

"Décembre aux Cendres" Sacré entrée en matière pour cette anthologie avec la nouvelle que j'ai préférée. Sur un fond de science fiction (les cités ont été réduites en cendre par un feu solaire provoqué par les humains), un conte très rude dans un monde dévasté par l'action de l'homme (l'auteur souligne les risques mais point de leçon moralisatrice). L'histoire d'une petite marchande d'allumettes modernes. La fin est ici aussi injuste, ce qui ne m'a pas empêché d'en demander plus tant l'univers décrit m'a plu. Avec ce que présente Anthelme Hauchecorne en backstage, une alchimie étonnante est créée entre imaginaire et réalité crue.

Pour lire la chronique dans son intégralité 

Punk's not dead, critique de Books and me

16/11/2013 L'avis de Bérenger / Polars addict / "un livre vivant"

Punk's not dead fait honneur à son titre: c'est un livre vivant, de ceux qu'on écorne à trimballer partout, qu'on lit et qu'on relit, qu'on annote et qu'on partage. Rempli d'histoires intriguantes misent en exergue par de belles illustrations. En plus d'être un excellent divertissement, les réflexions 'Backstages' de l'auteur viennent injecter un stimulant simulacre de vie à tout ce patchwork macabre.

Pour lire la chronique dans son intégralité 

Punk's not dead, critique de Polars addict

19/11/2013 L'avis de Vlad / Outremonde / "5 étoiles" / "une qualité exceptionnelle"

Parmi tous les rejetons de l’enfer que Hauchecorne a été chercher dans ses abîmes personnels, Décembre aux Cendres, La Grâce du funambule et Le Roi d’Automne ont ma préférence. Cela étant dit, tous les textes sont d’une qualité exceptionnelle ; je me vois donc dans l’incapacité de crucifier sadiquement un texte fautif au fronton du site d’Outremonde. Chapeau bas à l’auteur pour la performance !

Pour lire la chronique dans son intégralité 

Punk's not dead, critique d'Outremonde

16/11/2013 L'avis de Hilaire Alrune / la Yozone / "percutant, saignant"

« L’Apocalypse est la seule vraie démocratie. »

No future dans “Décembre aux cendres”, mais pas plus, si ce n’est encore moins, dans “No future ou l’apocalypse selon Johnny Rotten ”. En imaginant la mort de la planète vue et vécue par un punk zombie – et pas n’importe lequel puisqu’il s’agit rien moins que du leader des « Sex Pistols », Anthelme Hauchecorne se montre à la hauteur de Georges Romero en faisant de la critique sociale plus féroce encore que le cinéaste de morts-vivants. Et notre brave petit contestataire Johnny Rotten finit par réaliser qu’il n’a jamais été qu’un amateur en regard des huiles, élites et autres bourgeois : « Quand nous prenions la société pour cible, vous, c’est la planète entière que vous aviez dans le collimateur. » Une belle variation sur le thème de la fin du monde. Un texte court, percutant, saignant, sanglant, et qui bien entendu se dévore.

Pour lire la chronique dans son intégralité 

Punk's not dead, critique de la Yozone

14/11/2013 L'avis de Dup / Bookenstock / "à découvrir"

Un cercueil fort sympathique... C'est je pense, la meilleure façon de cerner, d'appréhender cet auteur si particulier. Anthelme Hauchecorne nous livre là bien des facettes de son art que je vous conseille fortement de découvrir.

Pour lire la chronique dans son intégralité 

Punk's not dead, critique de Bookenstock

13/11/2013 L'avis de Cla / La Place des livres / "énorme coup de coeur"

J'ai eu un énorme coup de coeur pour "La Guerre des Gaules", nouvelle qui m'a prise aux tripes. L'auteur s'alarme des conséquences qui pourraient arriver si un certain parti d'extrêmistes arrivait au pouvoir. Pour moi qui m'efforce de lutter, à mon niveau, jour après jour, contre le racisme et la xénophobie en général, j'en ai eu les larmes aux yeux.

Pour lire la chronique dans son intégralité 

Punk's not dead, critique de La Place des livres

11/11/2013 L'avis de Tsuki / Tsuki Books / "coup de coeur"

En conclusion, y a-t-il vraiment autre chose à ajouter ? N'ai-je pas tout dis ? Des histoires fantastiques, de multiples univers fascinants, des personnages plus ou moins touchants, tout cela sous une plume et un style à faire pâlir plus d'un auteur classique (non je ne suis pas hypocrite, c'est faux, je m'insurge, je dis ce que je pense et ressent) et des illustrations sublimes... que demander de plus lors d'une lecture ?!

Pour lire la chronique dans son intégralité 

Punk's not dead, critique de Tsuki Books

12/11/2013 L'avis de Stegg / Psychovision / "enthousiasmant"

Ce recueil est illustré par Loïc Canavaggia dont l'univers rejoint celui d'Anthelme Hauchecorne, donnant un aperçu graphique d'à quoi peut ressembler les univers de l'écrivain. On passe d'un petit démon caricatural à un robot steampunk portant à un chapeau haut-de-forme dessiné avec la même maîtrise. Voilà qui aide ce recueil de nouvelles déjà bien enthousiasmant à rejoindre la catégorie des beaux livres.

Pour lire la chronique dans son intégralité 

Punk's not dead, critique de Psychovision

10/11/2013 L'avis de Fiona / Lire ou mourir / "à lire sans modération"

Je vous conseille donc ce recueil qui est une jolie façon de parler de problèmes profonds, dont l'auteur souhaite faire passer un message parfois en douceur, parfois plus violemment. Mais toujours avec beaucoup de grâce et de finesse. Pour les lecteurs qui aiment les ambiances un peu salies par la nature humaine et les recoins sombres de notre humanité.

A lire sans modération! Jusqu'au prochain tome !

Pour lire la chronique dans son intégralité 

Punk's not dead, critique sur le site Lire ou mourir

09/11/2013 L'avis de Melisende / Bazar de la littérature / "coup de coeur"

Avec ce nouveau recueil de nouvelles, je n’ai plus aucun doute, Anthelme Hauchecorne est un auteur prometteur et un nom définitivement à suivre !

Je commence par la première nouvelle du recueil – Décembre aux cendres – qui, je pense, est hyper bien choisie pour ouvrir celui-ci. Visuelle, émouvante et possédant un décor riche, je trouve qu’elle illustre assez bien le travail d’Anthelme Hauchecorne. Je garde clairement en tête ces images de champs de cendres, de ces enfants qui partent dans les wagons pour fouiller les ruines, cette sensation de froid brulant, de pauvreté teintée d’espoir… c’est vraiment celle qui me suivra le plus longtemps...

Enfin, et je termine avec la nouvelle qui clôt intelligemment le recueil, j’ai nommé Le Roi d’automne qui offre une véritable intrigue dans un monde hyper riche et détaillé (que se passe-t-il véritablement dans les profondeurs de la ville de Lille ? Quelles sont ces créatures invisibles à l’œil des non Eveillés ?), dans lequel évoluent de vrais personnages auxquels on s’attache. Ceux qui ont aimé Ames de verre auront le plaisir de retrouver un des personnages de la saga ici dans ses jeunes années… et ceux qui n’ont pas encore eu l’occasion de lire ce premier tome du Sidh, auront peut-être – en tout cas je l’espère – envie d’en apprendre plus sur la jeune Ambre.

Deuxième « cercueil » contenant 13 nouvelles aux genres et thèmes variés, Punk’s not dead me conforte dans l’idée qu’Anthelme Hauchecorne est un écrivain talentueux. J’aime les textes soignés, bien pensés et travaillés jusqu’à la moindre ponctuation et c’est ce que nous propose ici l’auteur.

Un dernier mot pour saluer le travail éditorial derrière le texte. Certes, le fond est bon mais il est encore plus appréciable grâce aux nombreuses illustrations de Loïc Canavaggia habillant le texte, à commencer par celle de la couverture ! Un bonheur visuel !

Pour lire la chronique dans son intégralité 

Punk's not dead, critique très complète sur le Bazar de la littérature

13/11/2013 L'avis de Knit Spirit / Vox Populeek / "un bon moment"

Ma nouvelle préférée reste Décembre aux cendres et j’aurais d’ailleurs voulu qu’elle dure tout le livre tellement j’ai aimé l’univers, l’héroïne, l’ambiance…

Tout ceci m’a donné envie de découvrir un peu plus l’auteur et son oeuvre. En bref : un bon moment de lecture que je vous conseille si vous aimez les nouvelles.

Pour lire la chronique dans son intégralité 

Punk's not dead, critique de Vox Populeek

05/11/2013 L'avis de Mina / Les Lectures de Mina / "à découvrir de toute urgence"

 

Ce sont donc treize délicieuses nouvelles qui sont rassemblées dans ce recueil avec toujours des origines très diverses, qui sont expliquées à la fin de chaque nouvelle dans les 'backstages'. Les genres sont également variés car Anthelme Hauchecorne se frotte aussi bien au thriller contemporain, qu'à la fantasy, au steampunk voire à l'horreur. Je ne vais pas détailler les treize nouvelles, sachez qu'elles m'ont toutes plu à leur manière...

Conclusion : "Punk's not Dead" est un nouveau 'cercueil' de nouvelles d'Anthelme Hauchecorne à découvrir de toute urgence, pour la qualité de l'écriture et de l'édition car, encore une fois, les illustrations de Loic Canavaggia valent le détour.

Pour lire la chronique dans son intégralité 

Punk's not dead, critique des Lectures de Mina

04/11/2013 L'avis de Sia / Encres et calames / "un recueil de treize petites pépites"

Punk's not dead, c'est donc un recueil de 13 petites pépites ; nombre approprié pour une sortie si proche d'Halloween / Samain (rayez la mention inutile)! Toutes font montre de la maîtrise de l'auteur : le style est travaillé, précis ; on plonge rapidement dans les univers successifs, croqués en peu de mots, avec juste ce qu'il faut d'informations pour que le lecteur ait l'impression de maîtriser les situations à la perfection. Les illustrations, splendides, très détaillées (à l'instar des textes) ajoutent une réelle valeur ajoutée aux nouvelles : le recueil est vraiment un très bel objet.

Les univers, sombres, sont dépeints avec une bonne touche de vitriol, et un ton désabusé pas désagréables ; l'humour (grinçant) est très présent et, malgré les récits parfois peu réjouissants, Punk's not dead est tout sauf un recueil déprimant. Au contraire, il serait plutôt le genre à rendre le sourire, quels que soient les sommets de noirceur atteints ! Bien qu'il s'agisse de nouvelles, tous les univers présentés sont denses, complexes, et les intrigues sont à l'avenant : le recueil m'a enthousiasmée tant sur le fond que sur la forme... J'ai passé un excellent moment avec Punk's not dead, que je vous recommande vivement si vous cherchez une lecture à la fois divertissante et décapante !

Pour lire la chronique dans son intégralité 

Punk's not dead, critique très complète d'Encres et calames

31/10/2013 L'avis de Dawn / Les Découvertes de Dawn / "définitivement fan !"

Définitivement fan du style d’Anthelme Hauchecorne !!!

 

 

J’ai vraiment beaucoup aimé ce recueil de 13 nouvelles, 13 histoires qui montrent l‘étendu de l’imagination de l’auteur, de son besoin de faire passer des messages de manière percutante et fun ! Toujours des sujets graves, traités de façon intelligente et non rébarbative. De la folie des hommes dévastant notre planète, à l’évolution engendrée par le chaos social, une palette de thèmes et de personnages habillement croqués, prenant vie sous la plume aiguisée et fluide d’Anthelme 

 

Le livre est magnifique ^^. La couverture est belle, je ne me lasse pas de la regarder, et les illustrations de Loïc Canavaggia sont superbes. Chacun de ses dessins illustre à la perfection les nouvelles d’Anthelme. A chaque fin de nouvelle, je revenais à l’illustration et je m’émerveillais des détails, de la justesse de l’interprétation. Vraiment bravo !

 

 

Difficile de dire quelle nouvelle j’ai préféré, je pense que certaines m’ont marquée plus que d’autres certainement quand le thème me touchait plus mais dans l’ensemble, j’ai passé 13 excellents moments de lecture ^^. Peut être une préférence pour la première, Décembre de cendres, où l'on est plongé dans le post-apo dès les premières lignes, ou La grâce du funambule qui se déroule à Roubaix ou encore La guerre des Gaules, où nos pires cauchemars deviennent réalité. Décidément, c’est bien difficile de choisir !

 

 

Ces 13 nouvelles à leur manière font réfléchir, abordent sur le ton de l’humour, de la dérision (permis par l’Imaginaire), des sujets sérieux et graves. Je n’ai pas eu l’impression qu’on voulait me donner des leçons, mais plutôt me permettre de réfléchir, de développer ma propre opinion, de m’intéresser à des sujets importants. Mais surtout Punk’s not dead est un recueil qui emporte son lecteur dans plusieurs univers. Une écriture belle, intelligente, fluide, un style percutant, de magnifiques illustrations, je vous recommande l’auteur et l’ouvrage !

Pour lire la chronique dans son intégralité 

Punk's not dead, critique très complète des Découvertes de Dawn

28/10/2013 L'avis de Carnet d'une Fildefériste / "Coup de coeur"

Si toutes les nouvelles ont réussi à m’embarquer en l’espace de quelques pages alors que je ne suis habituellement pas une grande amatrice de ce genre de format, c’est parce que l’auteur maitrise parfaitement l’exercice. Son écriture est adaptée à chaque thème. Tantôt familier sous les traits d’un zombie punk ou d’un dragon fumant un joint, tantôt soutenu pour faire parler un soit disant gentleman, etc, etc, mais à chaque fois les textes sont très travaillés. Les personnages, leurs dialogues, et le style donnés à ses différentes ambiances sont toujours crédibles.

Alors voila, c’est sans surprise que je vais vous dire que je lirais sans faute les prochains textes/romans d’Anthelme Hauchecorne. J’adore et je vous conseille vraiment de découvrir cet auteur !

Pour lire la chronique dans son intégralité 

Punk's not dead, critique de Carnet d'une Fildefériste

28/10/2013 L'avis de Myschka / Derrière la porte / "flamboyant"

Sur les treize nouvelles proposées, il n’y en a aucune que je n’ai pas aimée.

Décembre aux cendres, fable post-apocalyptique absolument magistrale, digne des Zola les plus noirs, et dont j’espère sincèrement pouvoir lire une suite un jour. Comme dans Baroque’n’roll, le précédent recueil d’Hauchecorne, mêmes les nouvelles les plus drôles cachent une part d’ombre : l’humour grotesque et burlesque de Sarabande mécanique et des Gentlemen à manivelle n’essaie même pas de dissimuler la déliquescence inévitable du genre humain, et Johnny Rotten dans No Future fait certes un zombie plutôt content de son sort, mais, eh, c’est parce que c’est le dernier punk et qu’il avait prédit l’Apocalypse depuis bien longtemps. Finalement, le texte le plus léger reste encore Sale petite peste !, car même une épidémie de peste noire est drôle quand elle est décrite à la façon de Pratchett. Le būto atomique nous renvoie douloureusement à Fukushima ; dans La ballade d’Abrahel, ce ne sont pas les démons qui sont les plus cruels et les plus dégénérés, et avec La Guerre des Gaules, si on peut entrevoir une lueur d’espoir presque incongrue au milieu de tout ce bordel, c’est surtout le futur qu’elle nous laisse deviner pour la France (presque trop proche et presque trop plausible) qui fait grincer des dents. Quant au texte qui clôt le livre, Le Roi d’Automne, dont la longueur en fait presque une novella, ceux et celles qui ont lu Âmes de verre se douteront qu’à Samain, tous les bonbons ont le goût du sang.

Le tout servi bien entendu par le style flamboyant d’Hauchecorne.

Pour lire la chronique dans son intégralité 

Punk's not dead, critique de Myschka

27/10/2013 L'avis de Doris Facciolo / Ymagineres / "décalé"

Les nouvelles sont semblables et très différentes à la fois. Toutes (ou presque) baignent dans l'atmosphère punk (d'où le titre, n'est-ce pas ?)... Cela passe très bien. Pour autant qu'on aime l'humour décalé, parfois noir, le glauque, le gore même. Mais il y a aussi des nouvelles beaucoup plus sérieuses, qui traitent de sujets graves et qui nous touchent aujourd'hui. Je ne prendrai que cet exemple : "La guerre des Gaules", qui retrace la façon dont la France a chuté suite à l'élection du parti "Nouvelle France" (pour ne pas dire FN). Une dystopie qui pourrait peut-être devenir réalité...

Toutes les droits d'auteur de "Punk's Not Dead" sont reversés à l'association "Sea Shepherd". Bizarrement, après une petite recherche, je constate que les droits d'auteur de chacun des livres d'Anthelme Hauchecorne sont reversés à une association différente. En gros, il écrit pour être lu, et donne pour un monde meilleur. Peu en sont capables.

Pour lire la chronique dans son intégralité 

Punk's not dead, critique d'Ymagineres

26/10/2013 L'avis de Mestr Tom / Fan2Fantasy / "étrange et magnifique"

Un nouveau recueil d’Anthelme Hauchecorne. Un recueil étrange et magnifique, agréable à lire, les illustrations de Loïc CANAVAGGIA sont superbes (ma préférée est celle qui présente Sale Petite Peste). Chaque nouvelle est suivi d’un backstage qui permet d’en découvrir les coulisses. Nous retrouverons la nouvelle Sale Petite Peste qui s’est envolée d’Hommage à Sir Terence pour de nouvelles aventures.

Pour lire la chronique dans son intégralité 

Punk's not dead, critique de Mestr Tom

25/10/2013 L'avis de BlackWolf / Blog-o-livres / "rien n’est laissé au hasard"

Il y a quelques mois j’ai lu Âme de Verre de l’auteur et, j’avoue, j’ai été plutôt convaincu par cette histoire de fantasy urbaine. J’ai donc décidé de continuer ma plongée dans l’univers présenté par Anthelme Hauchecorne et quoi de mieux que son dernier recueil de nouvelles. Puis il faut bien l’avouer la couverture, illustrée par Loïc Canavaggia, se révèle vraiment magnifique et attire l’œil. Ajouter à cela une présentation originale et des illustrations intérieures vraiment réussies et vous obtenez un bel objet entre les mains. Ce recueil comporte treize nouvelles, un chiffre bien choisi pour cette période d’Halloween.

Un des points vraiment intéressant concernant la construction des textes de l’auteur c’est son soucis du détail qui est vraiment poussé à son maximum.

Chaque nouvelle se révèle vraiment soignée, dense et complexe où rien n’est laissé au hasard et tout à un sens, que ce soit l’univers ou encore les personnages.

Je ressors de ma lecture satisfait en ayant passé un agréable moment, divertissant et captivant. Je continuerai sans soucis ma découverte d’autres écrits de l’auteur.

Pour lire la chronique dans son intégralité 

Punk's not dead, critique de BlackWolf

25/10/2013 L'avis de Chani / De Livres et d'Epices / "une véritable voix"

J’ai été surprise et ravie par la plume d’Anthelme Hauchecorne et sa vision très personnelle des différentes facettes d’une possible apocalypse. J’ai rencontré un univers sombre, mais baigné d’humour, cynique, mais décalé, une plume efficace, une véritable voix, un auteur qui sait proposer des choses originales, avec une belle culture (musicale notamment, cf. le titre de l’ouvrage) et des prises de position nettes sur des sujets de société.

Ma préférence va à No Future, CFDT et Le Buto Atomique, trois nouvelles très différentes, tant dans le fond que dans la forme, qui pourtant ont toutes su me séduire.

Punk’s not dead est vraiment une belle découverte, je vais me procurer Baroque’n’roll rapidement et surveiller Anthelme Hauchecorne de près.

Pour lire la chronique dans son intégralité 

Punk's not dead, critique de Chani

24/10/2013 L'avis de Lauryn / Lauryn books / "le souci du détail"

Avec ses treize nouvelles (ça ne s'invente pas), vous explorerez des univers très différents, magnifiques de précision, riches et intenses, où vous reconnaîtrez des travers de notre société, de notre nature profonde, même. Un voyage parfois comique, parfois tragique — ou un savant mélange des deux — avec des personnages fouillés, peints au vitriol d'une main de maître.

Si je devais retenir des nouvelles, ce serait : Décembre aux cendres, pour son univers sombre, riche et décrit avec une rare intensité ; son héroïne attachante et proche du lecteur. Sarabande mécanique pour son humour et son thème décalé. Les gentlemen à manivelle, pour son univers Steampunk baigné d'humour. Et, enfin, La balade d'Abrahel, réécriture d'un conte lorrain magnifique de noirceur et d'humanisme (oui, je sais, ça peut paraître paradoxal)...

Dans toutes ces histoires, on retrouve le style très travaillé d'Anthelme, digne du plus délicat mécanisme de précision, qui plonge rapidement le lecteur dans ses univers. Un véritable atout pour des nouvelles. En un clin d'œil, le décor est planté, chaud et vivant ; les personnalités des protagonistes se révèlent avec force, invitant le lecteur à vivre leurs aventures en même temps qu'eux, à comprendre leurs points de vue, à partager leurs craintes et leurs espoirs. J'adore ce style d'écriture qui, dans son souci du détail, ne peut qu'autoriser un parallèle avec Loïc, le dessinateur. Car voilà un point commun entre l'auteur et l'illustrateur : la manie du détail, du travail bien fait.

Pour lire la chronique dans son intégralité 

Punk's not dead, critique de Lauryn

23/10/2013 L'avis de Paikanne / "un mystérieux labyrinthe"

"L'objet-livre" lui-même offre au regard une splendide couverture ainsi que des illustrations intérieures - cadrant tout à fait avec les récits - réalisées par Loïc Canavaggia. Je craque particulièrement pour La Ballade d'Abrahel, Le Buto atomique, Voodoo Doll et surtout, surtout, La Grâce du funambule (qui s'offre "un air à la Magritte").

On entre ensuite dans le mystérieux labyrinthe des mots d'Anthelme Hauchecorne, des mots à la saveur diablement enchanteresse pour colorer des personnages et situations sans complaisance. Aucune. Un chemin tortueux en dehors des sentiers (dé)battus.

Mon cœur s'emporte particulièrement pour Décembre aux cendres qui nous conduit à Brûle-Peste, autrefois Budapest, en compagnie d'Éva, scorpailleuse ("orpailleuse de scories") hors pair, petite fille qui a joué avec le feu et s'est brûlée. Irrémédiablement.

J'ai savouré aussi La grâce du funambule, odieux héros suspendu au fil de ses rêves.

Le Roi d'Automne m'a également ravie, mais quoi de plus normal puisque cette nouvelle "explore le passé trouble d'une protagoniste" du cycle Le Sidh.

Pour lire la chronique dans son intégralité 

Punk's not dead, critique de Paikanne

21/10/2013 L'avis de JeLis / NousLisons.fr / "un petit bijou"

La graphie du livre est un petit bijou : des illustrations pleine page pour séparer les nouvelles ; des polices variées ; ainsi que de petits dessins parsèment ces textes...

Bref un livre que je recommande, surtout en sortant d’un gros pavé ou d’une saga !
Pour lire la chronique dans son intégralité 

Punk's not dead, critique de NousLisons.fr

17/10/2013 L'avis de Celine Westenra / "à ne pas rater"

La présentation du livre est très soignée et les illustrations intérieures apportent un vrai plus à cet ouvrage... Punk's Not Dead est un recueil d'une rare qualité tant au niveau de l'écriture que du traitement des idées, souvent originales. À ne pas rater.

Pour lire la chronique dans son intégralité 

Punk's not dead, critique d'Onirisme sanglant

16/08/2013 L'avis de Sans Grand Intérêt / No Future / "une claque"

No future, ou l’Apocalypse selon Johnny Rotten, d’Anthelme Hauchecorne : On suit ici le dernier témoignage d’un punk anglais qui a assisté à la fin du monde. Même s’il n’y avait pas le nom de l’auteur en tête de nouvelle, j’aurais reconnu le style ! On n’y va pas par quatre chemins, pas d’embellissement, c’est dur et réaliste, limite trash, et toujours avec cette plume incisive qui choquerait mémé. La nouvelle est bourrée de références anglo-saxonne et finit sur une note qui sonne comme une claque mise à la société. Bref, une nouvelle maîtrisée qui se suffit à elle-même.

Pour lire la chronique dans son intégralité 

No Future, critique de Sans Grand Intérêt

Nos Chasses nocturnes
Le Nécrophone
Journal d'un marchand de rêves
Prières pour les damnés
A l'Ombre du Paradis
Noces d'écailles (artbook)
Le Carnaval aux corbeaux
Punk's not dead
Âmes de verre
Baroque'n'Roll
La Tour des illusions
Bibliographie
Accueil
L'auteur sur Facebook